menu close menu
interligne
interligne
Facebook Boucheries André Instagram Boucheries André Youtube Boucheries André
Site Boucherie André
Contacter Boucheries André
Inscription newsletter Boucheries André
menu Boucheries André, du pré à l'assiette
menu Boucheries André, du pré à l'assiette

Charcuterie : tournée des meilleures spécialités

Partenaires
19 août 2014
  1. Accueil
  2. Partenaires
  3. Charcuterie : tournée des meilleures spécialités

Saviez-vous que la consommation de charcuterie ne datait pas d’hier ?! En effet, au temps des Romains, le salage et le fumage étaient les seuls moyens de conserver la viande. Pas de réfrigérateur à disposition ! D’une simple technique de conservation sont nées d’authentiques préparations qui font aujourd’hui la renommée de plusieurs pays. Petit tour de quelques spécialités emblématiques.

charcuterie boucheries andre

Premier arrêt en Espagne : le pata negra

Le pata negra, « patte noire » en espagnol, désigne un cochon ibérique de couleur noire faisant l’objet des meilleures préparations de charcuterie espagnole. Si il existe différentes méthodes d’élevage, et donc diverses qualités, le pata negra dit Bellota est réputé comme le meilleur. Les porcs gambadent en liberté et s’alimentent essentiellement de glands (bellota) de chênes verts et de chênes lièges. Fondante et savoureuse, la charcuterie issue de ces cochons révèle un délicieux goût de noisette, unique et délicat.

Crochet par la capitale des Gaules : la rosette de Lyon

« La légion d’honneur de Lyon ? La rosette », disait Boris Vian. Reine de la cochonaille, la véritable rosette est fabriquée à partir d’un boyau de porc dont la partie terminale de l’intestin se distingue par sa couleur rosée. La rosette est glissée dans un filet et mise à sécher pendant 2 à 3 mois. Préparée avec de la pure viande de porc, du gras de bardière, des épices et une pointe d’ail, c’est une charcuterie de très grande qualité, à la saveur très appréciée des gourmets au-delà de la capitale des Gaules. Et en véritable défenseurs des produits régionaux, chez Boucheries André nous fabriquons notre rosette de A à Z.

Étape en Corse : le figatellu

Un joli nom qui fleure bon l’Ile de Beauté ! Le figatellu est composé principalement de foie de porc. Son secret ? Une pointe d’ail et un soupçon de vin rouge. Cette association lui confère un parfum puissant et unique. C’est que le figatellu a une réputation à tenir, voyez-vous !

Escale finale en Italie : le prosciutto

 Le terme « prosciutto » désigne le jambon séché. Ne subissant pas d’autres traitements que la salaison, le séchage et l’affinage, le prosciutto ne contient aucun agent de conservation ou additif alimentaire. Et si on vous demande l’incontournable de la charcuterie italienne… vous répondez en cœur ? Le prosciutto di Parma !

Saviez-vous qu’une sélection très stricte est nécessaire afin de produire ces jambons ? En effet, les meilleurs porcs doivent être marqués d’une couronne ducale à cinq pointes et porter la mention « Parma » sur la couenne. Ils bénéficient d’un véritable régime de star. Elevés au grand air, ils sont nourris en partie avec du lactosérum de parmesan, ce qui confère un goût très particulier à leur chair. Autre étape cruciale, le jambon est suspendu et affiné de 12 à 36 mois. En bouche, le prosciutto di Parma est très salé, sa texture fondante et ses parfums délicats. Voilà le secret de son succès international.

Le voyage s’arrête ici ! Envie d’un petit en-cas après ce long périple ? Une assiette de charcuterie, un petit verre de vin et c’est reparti.

  • 1 étoile
  • 2 étoiles
  • 3 étoiles
  • 4 étoiles
  • 5 étoiles

  • (Pas de vote pour le moment)